Rabat-Océan

Il suffit de s’éloigner de la médina, de contourner la Kasbah des Oudayas, de poursuivre jusqu’en haut de la colline.

Il suffit de suivre ces adolescentes qui rient, ce vieux monsieur qui pousse son vélo, ces jeunes couples timides.

Il y a un cimetière qui semble sans fin à gauche, les stèles qui brillent dans les lueurs du soleil couchant. La route descend ensuite jusqu’à la plage.

Il y aura probablement des familles qui profitent de la fin de journée. Une partie de foot s’improvisera. Une petite fille s’endormira sur l’épaule de sa mère.

Et bientôt, le phare signalera Rabat aux navires qui passent au large.